Automobile : le gouvernement pulvérise le bonus écologique

Dévoilé ce matin par Matignon, le nouveau barème du bonus écologique appliqué sur les achats de véhicules neufs est réduit à peau de chagrin. Décryptage.

Un mois après le recul sur la fiscalité diesel, le nouveau barème du bonus-malus automobile fixé par le gouvernement prend l’allure d’un nouveau pied de nez à ses alliés Verts.
Matignon vient de dévoiler le montant des aides publiques accordées aux particuliers qui s’offrent un véhicule neuf moins polluant. Ces annonces étaient d’autant plus attendues que les montants des pénalités (malus) étaient déjà connus puisqu’intégrés dans le projet de Loi de Finances 2014 actuellement examiné par le Parlement.
A l’arrivée, la correction du dispositif, déficitaire de plus d’un milliard d’euros, se traduit par une hausse des malus augmentent, et une baisse considérable des bonus. Objectif : rééquilibrer les comptes du système en ouvrant les vannes aux nouvelles recettes potentielles et en fermant le robinet des primes, au risque de bloquer le marché de l’auto.
Pour les voitures qui dégagent entre 60 et 90 g de CO2 par km (Twingo diesel, l’aide à l’achat est réduite de 550 € à 150 €.
Elles passent de 4 000 € à 3 300 € pour les hybrides, de 5 000 à 4 000 € pour les hybrides rechargeables et à 4 000 € pour celles qui émettent entre 50 et 60 g. de CO2.

Post author