Une association pour recycler les meubles

Depuis décembre dernier, il existe une association qui recycle les meubles en fin de vie. Une association née du partenariat d’une quarantaine de fabricants et de distributeurs de mobilier. Objectif : recycler les 33 kg d’ameublement que chaque habitant jette par an estimé par l’Ademe (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie).

Recycler les déchets que nous rejetons est devenu aujourd’hui un enjeu capital. Tout comme les déchets ménagers, celui qui concerne l’ameublement est conséquent. En effet, selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), un habitant jetterait chaque année 33 kg de mobilier domestique. C’est beaucoup. C’est pour remédier à cela qu’une quarantaine de professionnels du mobilier (fabricants et distributeurs) ont décidé de créer l’association Eco-Mobilier en décembre 2011.

Créer une filière de recyclage du mobilier domestique

Cette nouvelle association devrait à terme collecter et traiter tous les objets et équipements qui servent pour l’ameublement intérieur et extérieur (couchage, meuble salle de bain, cuisine, fauteuils, matelas…). L’objectif : recycler au moins 45% de ces déchets.  Actuellement, ces déchets sont estimés à 2 millions de tonnes. La tâche est vaste.

Une filière en devenir

Bien entendu, cette association et cette nouvelle filière n’en sont qu’à leurs débuts. Actuellement, deux villes de France (Strasbourg et Lure) expérimentent cette collecte dans des déchetteries.  Une phase test qui permettra par la suite de mettre en place la bonne stratégie et la meilleure façon de gérer ces collectes de meubles usagés.  Mais d’ores et déjà depuis le décret n°2012-22 de janvier 2012, les fabricants et distributeurs de meubles sont dans l’obligation de prendre en charge la collecter des produits qu’ils mettent sur le marché.

 

Source : 20minutes.fr

 

 

 

Post author

Journaliste de formation, j’occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre.
Je peux justifier d’une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l’Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse